PNJ

De Le wiki de Delain
Aller à : navigation, rechercher

De nombreux PNJ existent dans les Souterrains de Delain, et se balladent au gré des quêtes dans les différents étages. Certains sont des PNJ "permanents", qui représentent de grandes tendances de Delain, d'autres peuvent être créés à l'occasion d'une quête ou d'une animation. Afin d'offrir une meilleure visibilité aux joueurs, nous allons vous présenter quelques têtes connues de Delain.


PNJ "Automatiques"

Ils sont repérables grâce à leur description et leur nom. Ils contiennent une fonction (ratiers, traqueurs, enchanteurs, alchimiste ...) ainsi que le tag [PNJ].

Ces PNJ agissent automatiquement, c'est à dire se déplacent.

A leur contact (en se plaçant sur la même case), un sous-menu Quête apparaitra sur la frame de gauche, pouvant permettre des actions spécifiques.

Vous aurez ainsi plus d'information sur chaque PNJ en cliquant sur ce lien.

Comte Evêque Varifus

(N°224762)

Le comte Evêque Varifus est un des représentants officiels d'Hormandre III. Il est très au fait des démarches administratives et de la situation politique du royaume. Il intervient parfois pour des missions de conciliation ou de négociation.

Siégeant au Conseil du Roi, il est aussi là pour le conseiller et lui apporter des informations sur la situation dans les Souterrains.

Momo l'aubergiste

(N°200017)

Le célèbre Momo ! Le seul, l'unique ! Celui qui vous fera boire plus que de raison et qui connait tout le monde ! Il connait toutes les rumeurs...

Le plus célèbre des aubergistes des souterrains, qui brasse sa propre bière. Il a élu domicile dans l'auberge se trouvant au village du premier sous-sol.


Citations favorites : "Qu'est-ce que je vous sers ?", "Que prendrez-vous ?", "Encore un verre ?", "Un petit dernier pour la route ?", "Que voulez-vous boire ?" et l'incontournable "Voici l'addition !".

Othillie

(N°604540)

Jeune fille fantasque, volontiers lunatique, Othillie est entièrement dévouée à Apiera, sa déesse, dont elle est l'instrument, le jouet. Son rossignol, Trille, la suit partout où elle va.

Altias le Noir

(N°195192) Envoyé de Salm'O'rv du Royaume de Krânaal, il lutte pour l'établissement du libre commerce, adepte forcené du libéralisme il refuse le diktat du royaume de Delain !

Sorcier accompli maîtrisant les arts noirs et la magie interdite. Personne ne sait quel âge à Altias, il semble vivre depuis des siècles, les effets de l'âge ne semblant guère l'affecter. Peut-être a-t-il trouvé le moyen de rallonger la vie au delà de toute espérance. Quoi qu'il en soit, il continue sans relâche des recherches dont lui seul connaît le but ultime. Altias n'aime personne, il considère tous les individus comme des créatures qu'il peut utiliser et manipuler à sa guise. Seul Salm'O'rv et de rares individus présentent un intérêt infime pour le noir conseiller. Emissaire de Krânaal, il œuvre pour le développement du commerce fourni par Salm'o'rv et le renversement du pouvoir en place d'Hormandre. Il maîtrise une magie puissante et dévastatrice, capable de commander aux éléments enflammés et même aux morts, le sorcier est un redoutable adversaire. Son binôme avec Minarien le rend quasiment invicible, là où Altias est magie, Minarien est force, le binôme dirige les opérations de Salm'O'rv dans les Souterrains mais cette information n'est connue que de la caste agissant pour le monarque.

Notes

Certains assimilent Altias à un meurtrier sanguinaire, mais même s'il a dû combattre nombre de sujets d'Hormandre, dont le Comte Evêque Varifus, lors de son arrivée dans les Souterrains (ce qui lui a valu une mauvaise réputation), il est aussi là pour combattre Malkiar. Beaucoup de bandits de grand chemin ont rejoint la cause de Salm'O'rv et renié l'autorité d'Hormandre III, mais il ne faut pas généraliser non plus, certains aventuriers justes et droits se sont aussi rangés du côté du Roi de Krânaal.

Minarien le dépravé

(N°195193) Garde du corps d'Altias le Noir, c'est un tueur à gages recherché dans tous les royaumes connus.

Si un mot devait résumer Minarien, ce serait certainement : force. Tout en lui est puissance, capable de prouesses guerrières hors du commun, l'homme est doté d'une musculature impressionnante, il manie une épée tout aussi impressionnante et sait se battre dans toutes les formes de combat. Cette force associée à son goût pour le mal en font un ennemi redoutable, craint par tous. Minarien est un ancien tueur à gages, personne ne sait comment Salm'O'rv a réussi à gagner l'homme à sa cause mais depuis ce jour, il travaille pour lui et ceux qui ont eu le malheur de croiser Minarien ou entendu des récits à son propos craignent le courroux de celui-ci.

Onya l'architecte

(N°562253) Un crayon sur l'oreille et la bouche pleine de gomme, elle porte des dizaines de papiers, équerres et fils à plomb. De sa sacoche sortent des plans à peine ébauchés. Entourée d'ouvriers hystériques elle leur donne des instructions.

Avide de connaissances, elle n'hésite pas à les approfondir à la moindre occasion, au mépris du danger. Impliquée dans la construction des bâtiments, dans la quête du Balrog (pouvoir reconstruire le pont), dans la découverte d'un nouveau passage pour la Moria et les Orks.

Patriarche Théodus

(N°623290)

Envoyé de la citadelle Eternelle, il veille sur les fidèles de Falis. Il réside au temple de Falis dans le village des premiers pas. C'est un homme bon et attentionné à l'image des prêtes de son culte, toujours prompt au pardon Théodus est un homme d'une grande sagesse et d'une perspicacité hors du commun.

Bolandre

(N°428230)

Un des Capitaines de la Garde d'Hormandre. Souvent accompagné de ses compères Imari, Humlin et Arval.

Il a mené quelques missions avec Onya l'architecte, pour découvrir certains pans des souterrains.

Hernin

Garde d'Hormandre (N°605693)

Maman Delain

(N°255902) Cette dame d'un certain âge ne cesse d’aider et de conseiller les aventuriers qui entrent dans les souterrains souvent sans vraiment réfléchir. Maternellement, elle accueille et oriente de son mieux les courageux parfois un peu perdus malgré eux...

Gildwen

(N°605689) Elfette accueillante et court vêtue ! Elle se livre parfois à certaines conversations, notamment avec les nouveaux venus.

Rhender

(N°858361)

Humain mystérieux, à l'air sombre et peu engageant. Ses connaissances restent inconnues mais il semble avoir des contacts importants dans les souterrains.

Archidiacre Siméon d'Urth

(N°)

Biographie :

Le Père Siméon d’Urth, archidiacre de la Très Sainte Eglise Unifiée

Siméon naquit cadet d’une famille dont l’ histoire remonte aux temps anciens . Les Urth, qui furent dès l’aube du monde les gardiens de l’ordre, et, qui surent, par leur bravoure et leur loyauté s’arroger les privilèges des puissants, connaissaient en tant que vassaux une réputation de perfection à la cour du roi Hormandre Premier, Seigneur de Delain et suzerain incontesté des terres environnant les ruines de l’antique cité. Tout naturellement, lorsqu’il vint au monde, ses parents firent ce qu’on attendait d’eux : ils confièrent l’enfant aux soins du diacre royal. Ses frères avaient grossi les armées royales et défendu de leur fer la cause de leur monarque, Siméon, comme le voulait la tradition, servirait la couronne en rejoignant la Très Sainte Eglise Unifiée. L’enfant fut donc arraché à ses parents et partit pour les terres septentrionales du royaume afin de s’éveiller aux mystères de la foi, et, de son expression la plus puissante : la magie cléricale. Sous la sévère tutelle de Justin le Pieux , diacre royal, Siméon fut initié aux secrets divins. On lui inculqua l’ art de prédire les flots du temps à l’ aide des astres et des organes d’ animaux sacrifiés, et, il devint vite le meilleur haruspice du monastère. Un oriental converti à la cause du Dieu Souverain lui enseigna l’art de restaurer les affres du corps et les écueils de l’ esprit , et, Siméon excella dans les sciences médicinales. L’histoire du royaume et les hauts faits de ses pairs passionnèrent le jeune garçon, et, une fois devenu adolescent, il en connaissait plus sur les annales de Delain que les copistes qui en étaient les garants. Mais, au delà de l’ enseignement dont il bénéficia, Siméon fut initié aux mystères des dieux. Justin le baptisa rituellement selon les préceptes sacrés du panthéon , insufflant en lui les germes d’une indéfectible union tant avec les dieux chtoniens qu’avec les dieux ouraniens. Le jeune d’Urth devint un interlocuteur privilégié des forces qui soutendaient le monde, il était autorisé à en appeler à leur clémence, il pouvait en solliciter l’aide et parvenait à leur demander conseil . Ses aptitudes stupéfièrent ses maîtres , et, très vite, les autorités du Très Saint Clergé Unifié eurent vent du jeune prodige. A l’âge de dix- huit ans, Siméon fut admis au sein de l’ Academie d’Excellence du Temple de l’Union. Là, sous les regards attentifs du concile des archidiacres, il fut intronisé diacre et put choisir la voie qu’il souhaitait emprunter pour servir l’Eglise Polythéiste. Se refusant à n’être qu’un vecteur de propagation de la félicité divine , Siméon décida d’œuvrer à en combattre l’antithèse. Après avoir obtenu l’assentiment de ses supérieurs, il étudia la démonologie au côté de Johannes le Sycophante. Pour ce faire, il quitta le Temple de l’Union et suivit son maître dans les terres hostiles du Sud. Il y découvrit les plaies béantes qui avaient laissé les Premières Guerres entre les Dieux et les Démons. Il y apprit à se méfier de la perfidie de serviteurs de l’entropie, à analyser leurs manifestations les plus anodines, et, dans une certaine mesure , à combattre leurs incarnations les plus hostiles. Après un voyage initiatique long de plusieurs années , Siméon revint au Temple, sans Johannes dont il raconta qu’il avait succombé face à un gigantesque démon rouge. Comme la coutume l’exigeait, les archidiacres mirent ses capacités à l’ épreuve. On lui exposa d’épineux problèmes, on le confronta à d’ antiques écrits ésotériques, on invoqua contre lui des démons servants, et, chacune de ces épreuves fut remportée avec aisance. Tant et si bien, que les maîtres de l’Académie se virent contraint de lui accorder de facto le même statut qu’eux. C’est ainsi, qu’à l’âge de vingt-cinq ans, Siméon d’Urth devint le plus jeune archidiacre de l’histoire. Aussitôt après la cérémonie qui fit de lui le représentant des dieux sur terre, le jeune homme regagna le royaume de Delain afin, selon la volonté des siens, d’y servir son roi. Siméon, mu par les idéaux de la jeunesse , crut possible de former au sein des troupes royales un corps d’ élite pour étudier les manifestations démoniaques dans la carrière qui constituait l’antique cité homonyme du royaume. L’invocation de Malkiar et les évènements tragiques qu’elle avait provoqué paraissait au jeune archidiacre un bien moindre mal par rapport au péril latent que représentait alors les souterrains. Siméon eut très tôt l’intime conviction que l’Inommable préparait son retour , et, s’en alla trouver le Monarque Hormandre II pour tenter de l’en convaincre. Malheureusement, à cette époque , nul ne s’intéressait plus aux ruines maudites, et, la cour se plaisait à ne vivre que de stupre et de luxure. Tous rirent aux paroles de Siméon, et, on lui refusa même d’éduquer les jeunes aristocrates de peur qu’il n’embrume leurs esprits de « billevesées éculées ». L’archidiacre tenta à maintes reprises de solliciter l’attention du souverain, mais, ce dernier, rejeton bâtard d’une concubine du premier Hormandre, n’avait d’esprit que pour les donzelles qui l’entouraient, et, éprouvait à l’égard de Siméon et des propos qu’il tenait un désintérêt total. Las d’être confronté à tant d’incrédulité et de suffisance, Siméon quitta les terres royales, et, ponctionnant quelque peu le trésor familial, se fit construire un Sanctuaire au sein duquel il pourrait continuer ses études. Malheureusement, l’oisiveté relative à laquelle le condamnait l’indifférence royale plongea peu l’archidiacre dans des abîmes de déprime. Siméon, lui qui était animé des fluxs divins, se mit à douter, et, à plusieurs reprises parjura les serments fondateurs. Irrémédiablement, il sentit que les dieux se détournaient de lui, et, qu’il sombrait dans une apathie fatale. Effondré et seul , Siméon alors âgé de trente-cinq ans se réfugia dans les plaisirs simples et se ferma au monde. Rarement, quelques novices en quête de savoir trouvaient le chemin de sa porte , mais, ils repartaient souvent effarés de constater à quel point l’homme gras et sale qui les accueillait sans conviction correspondait peu au Siméon d’Urth dont on disait qu’il rayonnait de la félicité divine. De son côté, aigri et désabusé, l’archidiacre passait son temps à boire et à faire bombance oubliant jusqu’aux plus évidents vœux qu’il avait prononcés en devenant diacre. Les années passèrent, et, avec elles, leurs lots d’évènements féconds et de malheurs pénibles. Hormandre II succomba d’une épouvantable maladie vénérienne, et, l’héritier légitime, caché par les chevaliers de son père, prit sa succession dans la liesse générale. Hormandre III était un homme de lettres , cultivé et au fait de l’histoire de son royaume. Très vite, il s’inquiéta de la recrudescence d’activités aux abord des souterrains. Les aventuriers s’y précipitaient en masse, et, leurs hauts faits comme leurs exactions ne tardèrent pas à être racontés à la cour par des voyageurs de passage ou d’anciens aventuriers. La plus terrible de ces nouvelles fut sans conteste la réincarnation d’Ingeloakastimillizan. En vérité, la majorité des aristocrates de l’ entourage du roi ignorait jusqu’au nom de ce redoutable serviteur de Malkiar, mais, Hormandre, formé à l’Académie, en avait entendu parler, au même titre qu’on lui avait conté avec éloges l’ éducation de Siméon d’Urth dont la lignée s’était éteinte avec la mort de tous ses frères lors d’un ridicule conflit frontalier du à l’abérrant prédécesseur d’Hormandre III. Convaincu que le royaume de Delain ne devrait son salut qu’à l’aptitude qu’il aurait à lutter contre les hordes démoniaques, le suzerain fit quérir l’archidiacre reclu. C’est un homme vieilli, gras et d’un caractère lunatique qui se présenta devant Hormandre, entouré des gardes qui avaient été le chercher. Distraitement, il recut les louanges du Seigneur, et, ne manifesta d’attention réelle que quand son interlocuteur aborda la raison qui l’avait poussé à renouer contact avec le vieux religieux alors âgé d’une bonne cinquantaine d’années. Lorsqu’il apprit que le monarque de Delain nourrissait l’ambition d’intervenir dans les souterrains, Siméon sentit se déchirer en lui un voile qui ternissait son esprit depuis de nombreuses années. Une lueur d’espoir se raviva dans le cœur du religieux, et, c’est avec une force encore hésitante, mais, bien présente qu’il accepta la mission que lui confia Hormandre.

A ce jour, Siméon est un homme posé. On ne sait guère si son calme résulte d’une expérience démesurée ou d’une certaine appréhension à agir résultant des évènements éprouvants de sa vie de reclus. Quoi qu’il en soit, il pèse ses mots et n’agit qu’avec la certitude qu’il en découlera quelque chose de positif. Il lui arrive de sombrer momentanément dans des phases de légère catatonie durant lesquelles il se meut avec peine et articule des propos incompréhensibles. Au quotidien, c’est un homme difficile à cerner, et parfois à vivre. Il exige des autres une rigueur comparable à celle qu’il affectionne, mais, reste un être bon et une personne de confiance. Ses connaissances sont encyclopédiques, et, il n’hésite pas à en faire profiter les gens qu’il rencontre pour peu qu’ils se montrent courtois à son égard. Siméon déteste la violence, et, agit parfois étrangement quand il y est confronté. Son monde reste celui des livres et de l’esprit, face aux dures réalités des souterrains, il est parfois désemparé et plutôt maladroit. D’un taille raisonnable, l’archidiacre garde de sa période noire un embompoint considérable, et, un goût inavoué pour la boisson. Ses traits sont nobles, même si quelque peu ternis par ses noires années. Il porte la tonsure rituelle, mais, a laissé pousser le reste de ses cheveux ce qui lui donne un air un peu particulier. Il ne voyage jamais sans son bâton clérical et quelques ouvrages qu’il affectionne. Depuis peu, une barbichette orne son menton, et, il n’est pas rare de le surprendre en train de la triturer en tout sens en solliloquant sur l’un ou l’autre problème délicat auquel il lui arrive de songer sans même s’en rendre compte.

Mission :

La cour d'Hormandre III, souverain de Delain, est en émoi. S'y propage depuis peu de sombres rumeurs : les souterrains proches, déjà source d'inquiétude et de préoccupation, auraient récemment étés le théatre d'un épouvantable évènement. Le Noir Démon Ingeloakastimillizan, dont parlent les annales, cruel lieutenant de Malkiar, aurait à nouveau un réceptacle physique et oeuvrerait à la chute des valeureux aventuriers partis combattre l'Inommable. Inquiet des échos qui lui parviennent depuis les ruines de la cité de Delain, et, en tant que monarque des terres avoisinantes, Hormandre, pressé par le clergé et les ecclésiastes de sa cour, décide d'envoyer dans les souterrains un archidiacre démonologue afin d'éclaircir la situation.

C'est ainsi, que le Père Siméon d'Urth, prélat du Très Saint Clergé Unifié, est envoyé dans les souterrains. Malheureusement, en cours de route, sa compagnie est assaillie. Ses gardes, malgre leur nombre et leur vaillance succombent vite sous les assauts répétés d'un groupe de brigands visiblement très organisés. Alors que tout semble perdu, Siméon, qui, comme tout homme de tête sait se montrer discret quand les circonstances l'exigent, parvient à quitter l'échaufourée au prix de quelques estafillades. C'est exténué qu'il atteint enfin les ruines de la cité de Delain, et, préfére s'y engouffrer que d'affronter ses assaillants qui , à n'en pas douter, sont à sa recherche.

Il se trouve désormais seul au beau milieu d'une vaste carrière jonchée de ruines éparses alors que sa mission est de se rendre au plus vite auprès des membres du clergé des différents temples. Et pire encore, il s'est rendu compte que les monstres semblent avoir été averti de sa présence et le traquent sans relâche. En effet, seul, il ne devrait pas attirer l'attention, mais, il semble que les forces obscures qui tissent dans l'ombre une toile de pûre malveillance ont eu vent de son arrivée. Siméon en est parfaitement conscient : sa survie, et, le devenir de la mission capitale que lui a confié Hormandre III dépend des alliés qu'il pourra trouver en ces lieux maudits. Il sait que le savoir séculaire dont il est le dépositaire peut aider à la lutte contre l'Inommable des profondeurs, mais, il redoute de ne pouvoir jamais en faire profiter le clergé des souterrains. Une seule certitude : une escorte est nécessaire !

"PNJ" de gestion

Voici trois "PNJs" qui servent à la gestion du jeu et qui permettent aux joueurs d'avoir un contact avec l'équipe au cas où ...

  • Quêtes et ragots (N°721463)

PNJ doté d'une oreille discrète et connaissant nombre de rumeurs. Peut-être a t'il une réponse à vos questions ou peut-être pas. Permet aux joueurs de contacter d'autres personnes (PNJs) externes au jeu dans un cadre RP.

  • Administrateur Delain (N°209808)

Permet aux joueurs de poser une question directement à l'équipe sur une quête de manière libre et hors du cadre du Role Play, ou indiquer des Bugs/failles qu'il ne convient pas de dévoiler sur le forum. En gros, il sert à l'administration du jeu.

  • Contrôleur, aussi appelé controleur (pour nos amis anglo-saxons qui n'ont pas de ô... Ou les flemmards ;) )